Accéder au contenu principal

Formation des formateurs sur l'accompagnement spirituel

Une centaine de formateurs et formatrices, notamment des maîtres et maîtresses de noviciats et postulats de congrégations religieuses venus des quatre coins du pays participent depuis le lundi 27 mai à Kinshasa au deuxième colloque sur la formation des formateurs organisé par l’Institut Supérieur de Pédagogie Religieuse à Kinshasa-Righini sous le thème : Nécessité et importance de l’accompagnement spirituel dans la vie consacrée aujourd’hui.

Le lundi 27 mai, après le discours d’ouverture des travaux par la directrice générale de l’Institut, sœur Régine Mofila, des sœurs Disciples du divin maître, le président national de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs, l’association des supérieurs religieux, le père rédemptoriste Zéphirin Luyindula, a prononcé le mot d’ouverture qui présentait la pertinence du thème choisi pour ce deuxième colloque.
Le colloque sur la formation des formateurs se clôture le vendredi 31 mai. Les participants auront scruté les enjeux de l’accompagnement spirituel aujourd’hui dans une approche multidisciplinaire. Les conférences introduisant les échanges et les travaux en ateliers ont abordé des points de vue de la théologie, de la psychologie, de la communication, de la philosophie et de la médecine. A noter qu’à l’écoute du contexte mondial, le thème de l’homosexualité a été abordé comme défi en trois conférences sous les angles médical, psychologique et éthique. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.