Accéder au contenu principal

Pas d’ecclésiastique dans la Commission Electorale Nationale Indépendante



La Conférence épiscopale nationale du Congo n’a pas présenté un ecclésiastique pour être membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante, la CENI. La mise au point a été faite devant la presse au Secrétariat général de la Conférence épiscopale le lundi 13 mai.

C’est au moment où les partis politiques de la Majorité et de l’Opposition ainsi que le regroupement de la Société civile dont une sous-composante s’appelle « les confessions religieuses » se concertent et désignent des membres pour diriger la future Commission Electorale Nationale Indépendante.
Une opinion relayée par la presse prétendait que l’Eglise catholique avait désigné un ecclésiastique pour la représenter dans la structure chargée d’organiser les élections politiques.
Le deuxième Secrétaire général adjoint de la Conférence épiscopale, monsieur l’abbé Félicien Mwanama, a plutôt expliqué l’interdiction formelle faite par le droit de l’Eglise, le droit canon aux ecclésiastiques, c’est-à-dire aux évêques, prêtres, religieuses et religieux, de participer activement aux partis politiques et associations à caractère politique. Monsieur l’abbé Mwanama a aussi rappelé qu’en décembre 2010, particulièrement, la Conférence épiscopale nationale du Congo avait interdit aux ecclésiastiques de diriger les instances chargées d’organiser les élections.
On notera ainsi que c’était à titre exceptionnel que l’Eglise a permis à l’ancien évêque auxiliaire de Kisangani, Mgr Laurent Monsengwo, de diriger, en 1992, la Conférence Nationale Souveraine. On rappellera aussi que ce fut à titre exceptionnel que l’évêque de Butembo-Beni, Mgr Melchisédech Sikuli, avait accepté la demande de la Société civile de voir monsieur l’abbé Apollinaire Malu-Malu diriger, en 2004, la Commission Electorale Indépendante. 


Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.