Accéder au contenu principal

BUKAVU : Onze novices carmélites missionnaires thérésiennes ont dit « OUI » au Seigneur

par Christian Muta




C’est le jeudi 15 août 2013, en la solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, que la congrégation des sœurs carmélites missionnaires thérésiennes a choisi pour l’émission des premiers vœux de 11 novices, toutes filles d’Afrique et de Madagascar
 :   
1.      NGUNGA WANZA Veronica, Diocèse de Machakos, Paroisse Sainte Trinité de Tawa (KENYA).
2.      MIARAHO WANJIRU Tabitha, Diocèse de Nyahururu, Paroisse Saint Luc de Mairo-Inya (KENYA).
3.      BORA BUHENDWA Wivine, Archidiocèse de Bukavu, Paroisse Saint François Xavier de Kadutu (RDC).
4.      MIRINDI MUNYERENKANA Yvette, Archidiocèse de Bukavu, Paroisse Sainte Famille de Bagira (RDC).
5.      RASOANANDRASANA Berthine, Diocèse de Fianarantsoa,  Paroisse Saints Pierre et Paul de Mangidy (MADAGASCAR).
6.      UWAMBAJIMANA Philomène, Diocèse de Kibungo, Paroisse Saint Marc de Kirehe (RWANDA).
7.      AMIDA SALAMA Charlotte, Archidiocèse de Bukavu, Paroisse Mater Dei de Muhungu (RDC).
8.      MAOMBI TANDIKA Agnès, Diocèse de Goma, Paroisse Saint Joseph de Bobandana (RDC).
9.      FURAHA SEMIRYANGO Marie Chantal, Diocèse de Goma, Paroisse Notre Dame de Lourdes de Jomba (RDC).
10.  RAHARISOA DINA JOSEE Patricia, Diocèse de Farafangana, Paroisse Saint Vincent de Paul de Manakara (MADAGASCAR).
11.  KULONDWA Anuarite Yvonne, Archidiocèse de Bukavu, Paroisse Saint François Xavier (RDC).

Cette  célébration eucharistique a débuté à 10 heures locales, présidée par le Délégué de l’archevêque de Bukavu, l’Abbé Justin Sakatera, Chancelier de l’archidiocèse et concélébrée par 13 prêtres venus de différentes paroisses de Bukavu, de Goma et du Rwanda voisin. La grande salle « Saint Joseph » du scolasticat « Sainte Edith Stein » des carmes déchaux a servi de cadre pour accueillir celles et ceux qui sont venus encourager les onze novices dans leurs premiers engagements.
Trois mots clés ont traversé l’homélie dite par le célébrant: Fidélité, Attachement et Disponibilité : L’abbé Justin Sekatera a d’abord mis l’accent sur la fidélité aux conseils évangéliques de chasteté, pauvreté et obéissance. Est fidèle, une personne qui ne s’écarte pas du chemin choisi.  « J’espère, a dit le célébrant aux futures professes, que vous ne direz pas demain ou après demain : ‘je n’ai pas fait les vœux mais j’ai seulement lu ce qui a été écris sur le papier’ ». L’abbé chancelier a ensuite exhorté les onze novices à avoir un attachement qui soit « durable » au Christ. C’est cet attachement inconditionnel à Jésus qui est comme la condition sine qua non pour résister aux tentations qui  guettent tout consacré, toujours et partout. Enfin, le célébrant a bouclé la boucle en invitant celles qui allaient émettre sous peu leurs premiers vœux à la disponibilité pour la mission en devenant des religieuses sur qui l’on peut compter pour le service de l’Eglise.
Juste après l’homélie, est venu le moment d’interroger les futures professes qui étaient invitées à exprimer devant l’assemblée les motivations de leur consécration au Seigneur. D’un cœur droit et résolu, les onze novices  ont exprimé leur désir de servir Dieu et le prochain dans cette congrégation, de renoncer à l’attachement aux biens matériels pour être disponibles aux besoins les plus urgents de l’Eglise et de leur congrégation.
C’est sur ces entrefaites qu’est intervenue la sœur Beata Kayitesi, la Supérieure Provinciale des carmélites missionnaires Thérésiennes pour recevoir leurs vœux et donner aux nouvelles professes les insignes de la profession que sont : le voile,  signe de soumission au Seigneur et de consécration au service de l’Eglise. Les constitutions qui contiennent les normes de vie des carmélites missionnaires thérésiennes. La croix-médaille : signe d’attachement au Christ crucifié, mort et ressuscité pour le salut de tous, croix-médaille qu’elles devront porter chaque jour comme épouse fidèle du Roi. 
Le chant à la Vierge Marie du Mont Carmel « Flos Carmeli »,  exécuté d’un seul chœur par les membres de la famille carmélitaine présents à cette célébration, a clôturé la cérémonie de l’émission des vœux.
Avant la bénédiction finale, la sœur provinciale Beata Kayitesi a pris la parole pour un mot d’encouragement à l’endroit des nouvelles professes. Elle n’a pas manqué de remercier les parents, amis et connaissances pour leur présence et leur participation à cette cérémonie, avant de demander à l’assemblée de continuer à soutenir les professes par leur prière quotidienne.
Après la messe, autour de 13 heures locales, tous les invités se sont retrouvés pour un rafraichissement. Ce temps de partage et de retrouvailles était  agrémenté par des chants, des pas de danses et des saynètes exécutés par les novices carmélites missionnaires thérésiennes.  

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.