Accéder au contenu principal

Jubilés d'or et d'argent de sacerdoce chez les Missionnaires oblats de Marie


Le samedi 3 août, dans l'église saint Eloi de Kinshasa-Barumbu, le supérieur provincial des Missionnaires oblats de Marie Immaculée, le père Abel Nsolo, a présidé une messe pour ses confrères jubilaires. Les pères Baudouin Mubesala, Egide Eloses, Modeste Tembo, Thaddée Mabila et Godefroid Iwele ont fêté leurs vingt-cinq ans de sacerdoce. Le père Benoît Kabongo, venu de France où il est missionnaire, célébrait ses 80 ans d’âge et ses 50 ans de sacerdoce.



 Le père Kabongo, ancien supérieur provincial en RDC, a été présenté comme un rassembleur, un baobab à l’ombre duquel se sont abritées des générations de tous ceux qu’il a eu à former dans sa longue carrière en RDC et ailleurs. 







Parmi les concélébrants à la messe, il y avait le plus ancien oblat congolais, l’évêque émérite d’Idiofa, Mgr Louis Mbwol-Mpasi, ancien maître des novices. 











Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.