Accéder au contenu principal

Deux évêques congolais à Madagascar pour les ressources naturelles

Une délégation de l’Assemblée épiscopale provinciale de Lubumbashi représentant les huit diocèses de la province administrative du Katanga est rentrée à Lubumbashi le 8 septembre dernier, de retour de Madagascar. Messeigneurs Gaston Ruvezi, évêque de Sakania-Kipushi et Fulgence Muteba, évêque de Kilwa-Kasenga, ont séjourné à Madagascar pour un échange d’expériences sur l’effort de l’Eglise pour une gestion des ressources naturelles profitables aux populations autochtones.


A Antananarivo, les deux évêques ont rencontré l’archevêque, Mgr Odon-Marie Arsène Razanakolona et les membres du projet dénommé Taratra, chargé des ressources naturelles. Les évêques congolais se sont rendus ensuite au diocèse de Moramanga. Ils ont rencontré Monseigneur Di Pierro Gaetano, évêque diocésain, et les membres de la coordination diocésaine du projet Taratra, le réseau local du projet, l’autorité politico-administrative du lieu et quelques habitants de sites d’exploitation minière.

Les évêques congolais ont parlé de la Commission épiscopale ad hoc pour les ressources naturelles et des Observatoires créés à travers les diocèses et les provinces ecclésiastiques. A Madagascar, Mgr Ruvezi et Mgr Muteba se sont rendu compte que pour l’épiscopat malgache aussi, la problématique de la responsabilité sociale des industries extractives doit intéresser toute l’Eglise, et que la question de l’exploitation des ressources naturelles doit faire partie de la pastorale d’ensemble. 

Les évêques congolais ont été frappés par l’organisation du projet Taratra, qui implique la population locale à la base, avec des acteurs issus de toutes les couches sociales représentatives, des sociétés minières et de diverses confessions religieuses et qui travaillent bénévolement dans la sensibilisation, le plaidoyer et le suivi du projet. Ces acteurs contribuent à l’élaboration et à l’exécution du budget participatif constitué des priorités définies par la population elle-même et que doivent financer les redevances versées par les sociétés minières.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.