Accéder au contenu principal

Diocèse de Bondo : des religieuses pour l’éducation des jeunes filles


Envoyer le plus de jeunes filles possible à l’école, c’est le pari que sont en train de gagner les Soeurs de Jésus Éducateur du diocèse de Bondo dans la Province Orientale. Lors de la rentrée scolaire du 2 septembre, l’institut Lugute a ouvert ses portes à 148 filles et 52 garçons. Sœur Caroline Wongba signale que l’école qu’elle dirige organise désormais, suivant la terminologie congolaise, la section commerciale et informatique et la section technique sociale. Ce sont les classes de la cinquième secondaire qui ont ouvert cette année pour la première fois.

Voilà cinq ans, lors de l’ordination épiscopale, à Bondo, de Mgr Etienne Ung’Eyowum, la supérieure générale de la congrégation d’alors, sœur Caroline Mite, révélait que sur cinq adolescentes à Bondo, trois étaient des filles-mères. C’était une interpellation pour le nouvel évêque.
Depuis lors, les religieuses ont pris la direction de l’école, l’ont transformée, et les parents leur font confiance. Beaucoup de filles étudient donc, et les religieuses comptent même déjà quelques aspirantes qui les rejoindront un jour dans la vie consacrée. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.