Accéder au contenu principal

Clôture de l’Année de la foi à Mbandaka

Les fidèles des quatorze paroisses de la ville de Mbandaka, dans la province de l’Equateur, ont tous convergé vers le lieu dit « Cercle Bakusu » non loin de l’église paroissiale saint Pierre Claver, le dimanche 24 novembre, pour la messe du Christ-Roi de l’univers et pour la clôture de l’Année de la foi. Avec leurs curés respectifs, les paroissiens ont tous marché, chantant le Christ Roi et récitant le chapelet. L’archevêque de Mbandaka-Bikoro, Mgr Joseph Kumuondala, les attendait, et il a présidé la messe concélébrée par trente prêtres. Un diacre a servi à l’autel. Dans l’assemblée de quelque 8000 fidèles, il y avait aussi  des religieuses et religieux, et des autorités civiles et militaires.
A l’homélie, l’archevêque a insisté sur l'identité du disciple du Christ. Etre chrétien, a-t-il dit, c'est se savoir appelé à imiter le Christ en pensée, en parole, en acte, en toute chose et en toute circonstance. Mgr Kumuondala a rappelé que l'Année de la Foi a été une grâce spéciale donnée pour permettre d'évaluer sa foi, de se resituer par rapport au Christ. Toute personne ayant traversé la porte de la Foi, c'est-à-dire tout baptisé, doit vivre en communion avec Jésus Christ, a dit l’archevêque de Mbandaka-Bikoro, avant d’insister sur les fruits à porter. La clôture de l'Année de la Foi ne signifie pas que tout s'arrête. Au contraire, les chrétiens doivent  produire des fruits du travail effectué pendant cette année, et des fruits qui demeurent, a conclu Mgr Joseph Kumuondala.
Du début à la fin de la messe, et pendant le repas partagé par paroisses après la messe, la joie d'être chrétien catholique a été à son comble, bien rayonnante. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.