Accéder au contenu principal

Le cardinal Laurent Monsengwo au jubilé d’argent de la paroisse saint Albert de Kinshasa


L’archevêque de Kinshasa a célébré la fête de saint Albert le grand à la paroisse saint Albert de Kinshasa-Ngaliema. La saint Albert, le 15 novembre, tombait le vendredi. La paroisse a ouvert l’année de ses vingt-cinq ans d’existence le samedi 16 novembre. Le cardinal Laurent-Monsengwo a présidé la messe. La paroisse associait ainsi à ses vingt-cinq ans la célébration des cinquante ans de sacerdoce de l’archevêque.

Comment faire pour faire fructifier cette grâce du jubilé d’argent de la paroisse et du jubilé d’or de sacerdoce ? Le cardinal Monsengwo a posé la question dans l’homélie voulue comme une franche catéchèse, basée notamment sur la première lecture du jour, tirée du livre de la Sagesse.
Il nous faut réfléchir sur les événements de notre vie, a-t-il dit, soulignant le fait que le plan de salut de Dieu se réalise pour chacun et qu’il convient de ne pas passer à côté, par négligence. Ne ratons pas la grâce de Dieu, a-t-il insisté. Et il a invité à réfléchir sur la crise financière mondiale. Il a recommandé la prière incessante, dans la foi.
L’archevêque de Kinshasa a surtout rappelé la nécessité de pratiquer les sacrements pour vivre la foi, l’espérance et la charité. Interrogeant régulièrement l’assemblée comme au catéchisme, il a expliqué le baptême, le mariage, l’eucharistie, la confession, le sacerdoce. Allons à la rencontre du Seigneur qui vient. Ne manquons pas le rendez-vous, a conclu le cardinal Laurent Monsengwo. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.