Accéder au contenu principal

Funérailles du chanteur Rochereau Pascal Tabu Ley


A la demande de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, qui était en déplacement, l’évêque émérite de Boma, Mgr Joachim Mbadu, a présidé la messe, le lundi 9 décembre, dans le hall du Palais du peuple de Kinshasa, pour les funérailles du chanteur Pascal Tabu Ley, alias Seigneur Rochereau, mort à Bruxelles le 30 novembre.
Le Palais du peuple est devenu la cathédrale pour un moment, a dit Mgr Mbadu, souhaitant que le siège du Parlement soit béni et qu’il ne soit pas seulement un lieu de la politique.
Les présidents des deux chambres du Parlement participaient à la messe comme la plupart des députés et sénateurs, des ministres et autres autorités de Kinshasa et de Brazzaville, sans compter les musiciens, dont Koffi Olomide qui a prononcé une oraison en leur nom.
Le curé de la cathédrale Notre-Dame du Congo, monsieur l’abbé Jean-Paul Lwanga, a prononcé l’homélie, commençant par rappeler le mérite du chanteur Pascal Tabu. L’Eglise catholique reconnaît les beaux-arts parmi les dignes activités de l’esprit, a rappelé l’abbé Lwanga. Il a demandé que l’on ne considère pas d’abord ce visage de Rochereau qui va se dissiper avec le temps mais que l’on se tourne vers l’avenir, vers l’éternité, où l’attend le Christ ressuscité et qui offre son pardon libérateur.
Après la prière universelle dite par cinq enfants du disparu, Mgr Mbadu a chanté la préface en latin, non sans avoir expliqué au préalable qu’il visait à « réveiller le cœur de ceux qui dorment chrétiennement ». Et par les images en direct de la télévision nationale, on a pu suivre beaucoup chanter ensuite le Notre Père et l’agnus Dei. 

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.