Accéder au contenu principal

Jubilé d’or des Petites sœurs de l’évangile du Père Foucault




La congrégation des Petites sœurs de l’évangile du Père Charles Foucault a célébré, le dimanche 1er décembre, ses cinquante ans d’existence. A Kinshasa, les religieuses ont fait célébrer la messe du jubilé dans l’église paroissiale saint François-Xavier de Kinshasa-Masina.
Dans l’homélie, le père André Kibeti a remercié les religieuses pour leur présence dans la paroisse.
Il a présenté la figure du bienheureux Charles de Foucault, insistant sur l’esprit de la fraternité universelle au-delà des races, des tribus voire des religions.

Les Petites sœurs de l’évangile sont deux en RDC, dont une Congolaise. Elles accompagnent dix aspirantes et postulantes. Sœur Valeria Porcellato est la pionnière de la mission en RDC. Elle est arrivée à Kinshasa en 2003.

« L’amour de Dieu, l’amour des hommes, c’est toute ma vie, ce sera toute ma vie, disait Frère Charles. Moi aussi, ça me parle beaucoup, cette phrase. En RDC, nous sommes depuis 2008, les premiers contacts ont eu lieu en 2003. Je suis très heureuse d’être ici, d’accompagner les jeunes dans leur formation. Je reçois beaucoup du peuple. On espère apporter une petite contribution à la formation des jeunes. Et nous pouvons vivre en profondeur cette expérience de vie contemplative au milieu des gens ».








Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.