Accéder au contenu principal

Noël avec les militaires à Matadi

L’évêque de Matadi, dans la province du Bas-Congo, Mgr Daniel Nlandu, a célébré Noël, le 25 décembre, sur le terrain de football du camp militaire Redjaf de Matadi. Les soldats et leurs familles, catholiques, protestants et kimbanguistes, sont venus nombreux à la messe. La dernière visite d’un évêque à l’aumônerie militaire date de dix-sept ans.
Comme à la messe de la nuit de Noël dans la cathédrale Notre-Dame médiatrice, à l’aumônerie militaire aussi, Mgr Nlandu a axé son homélie sur le thème de la renaissance.
« Noël nous invite à la renaissance, à un renouvellement total de notre esprit et de notre vie », a dit l’évêque, rappelant que l’idéal du chrétien est de faire le bien en imitant Jésus pour briller comme la lumière au milieu des ténèbres. Et Mgr Nlandu a invité tous à contempler le fils de Dieu incarné dans le berceau de la Nativité. Ainsi nous laisserons-nous transfigurer par sa sainte lumière pour renoncer à la vie ancienne marquée par le péché, a-t-il recommandé.
A la fin de la messe, le général Vainqueur Mayala, commandant de la deuxième région militaire à Matadi, a remercié l’évêque. Les militaires aussi sont des hommes, a-t-il rappelé, demandant ensuite que l’Eglise n’oublie pas d’accompagner spirituellement les militaires et leurs familles. Le mot de remerciement du général Mayala a été accompagné de nombreux cadeaux remis à l’évêque de Matadi. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.