Accéder au contenu principal

Kindu : Formation des journalistes de la radio diocésaine


L’évêque de Kindu, dans la province du Maniema, Mgr Willy Ngumbi, a présidé, le samedi 1er février, la cérémonie de clôture d’une session de formation organisée par la radio diocésaine, Radio Mushauri. Des journalistes de la ville de Kindu, professionnels et étudiants, avaient été associés à ceux de la radio catholique pour  cette formation animée pendant une semaine par le journaliste Désiré Baere, expert des Nations Unies en communication et sensibilisation communautaire.
72 journalistes au total ont ainsi acquis des connaissances et partagé leur expérience sur l’écriture journalistique, le style radio et l’éthique et la déontologie.

La cérémonie de clôture de la session, présidée par l’évêque de Kindu, a bénéficié de la présence des autorités politico-administratives. Le maire de la ville a reconnu que l'Eglise catholique a fait en faveur des journalistes ce que l'Etat ni aucune autre institution n'ont pu faire. Et ce fut l’occasion pour le directeur de la radio diocésaine, monsieur l’abbé Jules Lukusumbe, de rappeler que Radio Mushauri n’existe que depuis janvier 2013. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.