Accéder au contenu principal

Popokabaka : Journée du malade autour d’une religieuse infirmière


Au diocèse de Popokabaka, dans la province du Bandundu, la paroisse Saint Sauveur de la cité de Popokabaka a célébré la journée mondiale du malade autour d’une infirmière, sœur Ria Van der Sipe, de la congrégation des Sœurs de Marie de Popokabaka-Nederbrakel. La religieuse célébrait ses cinquante ans de vie consacrée, dont 37 passés en RDC.
Le père jésuite Marc Buysse a présidé la messe de circonstance dans l’église paroissiale.
A l’autel, il était entouré d’une dizaine d’autres prêtres. Dans l’assistance, de nombreux infirmiers que la religieuse a formés et des malades qu’elle a soignés sont venus dire merci au Seigneur pour l’assistance de sœur Ria van der Sipe. La brave infirmière dirige l’Institut Technique Médical de Kasongo-Lunda depuis 1977.  Arrivée en RDC en 1964, elle aura été aussi directrice du Bureau diocésain des Œuvres Médicales et représentante de l’ONG belge catholique Memisa-Belgique dévouée à l’assistance du service médical. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.