Accéder au contenu principal

Communiqué de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) sur le cycle électoral 2014-2016



1.    Réunis en Comité permanent du 24 au 27 février 2014, les Archevêques et Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) se sont penchés entre autres sur la situation de notre pays. Ils ont rendu grâce à Dieu pour tant d’événements heureux survenus dans notre pays, notamment la tenue des concertations nationales et la mise sur pied d’un Comité de suivi des résolutions issues de ces concertations, l’accalmie observée dans les zones jadis occupées par le M23, les efforts qui se poursuivent pour rétablir la sécurité dans le pays, en particulier dans le Nord et Sud Kivu ainsi que dans le Katanga.

2.    Ils ont également examiné les options de la feuille de route du cycle électoral 2013-2016 présentée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ainsi que sa planification pour la fiabilisation du fichier électoral et la stabilisation des cartographies opérationnelles.
3.    Considérant que le cycle électoral en cours constitue un enjeu fondamental et décisif pour la construction d’un Congo réellement démocratique, apaisé et porteur des nouvelles possibilités de développement et, préoccupés par le dépassement du mandat des députés provinciaux et des sénateurs ainsi que par le dysfonctionnement institutionnel et la crise de légitimité dans les entités territoriales et urbaines de base :
4.  Les Evêques recommandent l’apurement des arriérés électoraux comme gage de l’assise de la démocratie et du renforcement de la cohésion nationale.
5.    Ils demandent à cet effet, la tenue des élections provinciales au premier trimestre 2015 afin de mettre en place des institutions légitimes.
6.    Ils recommandent que les opérations de fiabilisation du fichier électoral en cours et la stabilisation des cartographies opérationnelles s’effectuent de manière transparente et consensuelle afin de rassurer tout le peuple congolais.
7.    Ils estiment que l’hypothèse des élections des Conseillers urbains, Bourgmestres, Chefs des secteurs, Maires ainsi que des Députés provinciaux au suffrage indirect est de nature à compromettre le processus de consolidation de notre jeune démocratie. Car, le Souverain primaire se verrait ainsi mis en marge du processus de désignation de ses gouvernants et son droit de participer directement à la vie publique s’amenuiserait. Dans l’hypothèse d’un suffrage indirect la crainte de manipulation et de corruption des électeurs est beaucoup plus grande.
8.    Ainsi, conformément aux prescrits de la Constitution en son article 197, les Evêques demandent avec empressement que les élections au niveau provincial tout comme les élections municipales, urbaines et locales soient au suffrage universel direct, afin de promouvoir la démocratie à la base en renforçant le contrôle du peuple sur ses représentants.
9.    Tenant compte du coût que ces élections entraînent, les Evêques estiment qu’il est  avantageux de coupler les élections provinciales et locales. Dans la perspective de garantir la souveraineté de notre Etat, le Gouvernement de la République devrait  prévoir, dans son budget, les dépenses inhérentes à ces élections avant de compter sur l’appui financier de ses partenaires traditionnels.
10. Les Evêques en appellent à la volonté politique de nos Gouvernants et à la mobilisation de toute la population congolaise pour que le processus électoral se passe dans la paix et la vérité, dans la transparence et le respect des délais constitutionnels.
11. Afin de garantir la réussite totale du processus électoral en cours, les Evêques invitent la communauté internationale, en particulier la Monusco, à s’impliquer davantage dans l’appui financier et logistique de prochaines élections.
12. L’Eglise catholique, fidèle à sa mission évangélisatrice, accompagnera par la prière, la formation à l’éducation civique ce processus électoral dont dépend l’avenir de la nation congolaise.
13. En cette année du cinquantenaire du martyre de la Bienheureuse Anuarite, les Evêques élèvent leurs prières au Dieu Tout-puissant pour que les prochaines élections consolident notre démocratie et inscrivent notre pays dans le registre des nations respectables et dignes.
                                                                       Fait à Kinshasa, le 28 février 2014
           



Pour les Evêques membres du Comité permanent de la CENCO

Abbé Léonard SANTEDI
                                                           Secrétaire Général de la CENCO


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.