Accéder au contenu principal

Le cardinal Malula, la femme et la famille

L’Institut Africain des Sciences de la Mission des Missionnaires oblats de Marie Immaculée a donné, le jeudi 6 mars, l’occasion de réentendre l’enseignement du cardinal Joseph-Albert Malula sur la famille chrétienne et sur la libération de la femme. C’était au cours de la quarante-quatrième session de la Chaire Cardinal Malula.
L’ancien archevêque de Kinshasa est mort voilà vingt-cinq ans. Il convenait de lui rendre hommage à la veille de la célébration de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, et en préparation du Synode des évêques sur la famille en octobre prochain.
Le père Contant Kienge-Kienge, vicaire provincial des Missionnaires oblats de Marie, a présenté ainsi la pertinence du thème abordé par les deux conférenciers du jour.
Monsieur Léon Botolo, dont le couple est consulteur du Conseil pontifical pour la famille, est, par ailleurs, berger de la communauté « Famille chrétienne » de l’archidiocèse de Kinshasa. Il a rappelé le travail innovant du cardinal Malula pour l’évangélisation de la famille dans le respect de la culture africaine. Après des poèmes, des chants, des conférences et de nombreux écrits, Joseph-Albert Malula a fait aboutir son souci dans le directoire pour la pastorale de la famille publié en 1984.
La sœur Régine Bamonembi, des Sœurs de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Kinshasa, a rappelé que le fondateur de sa congrégation voulait des religieuses comme des modèles qui soient d’authentiques femmes africaines et des chrétiennes, libérées de tout complexe, de tout esclavage, enracinées dans une nouvelle mentalité.
Le directeur de l’Institut Africain des Sciences de la Mission, le père Jean-Pierre Bwalwel, a insisté sur l’accompagnement des couples et des familles par des pasteurs bien formés eux-mêmes pour la pastorale de la famille. 

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.