Accéder au contenu principal

Jubilé d’argent de la clinique Bondeko de Kinshasa


L’un des deux évêques auxiliaires de Kinshasa a présidé la messe, le samedi 7 juin, pour les vingt-cinq ans d’existence de la clinique catholique Bondeko. Mgr Timothée Bodika a choisi de prêcher sur l’évangile de la fête de la Visitation de Marie à Elizabeth et de la joie partagée à cette occasion. Les malades peuvent-ils vivre dans la joie ? Oui, a répondu Mgr Bodika : « Si nos frères et sœurs malades trouvent sur leur chemin des hommes et des femmes de pitié qui créent et gèrent bien une institution médicale comme la clinique Bondeko. »
Mgr Timothée Bodika a béni et salué les malades et leurs bienfaiteurs, au corps médical et soignant, les aumôniers, les familles et tous les autres qui, au nom de leur foi, défilent pour rendre visite aux malades.



Mgr Timothée Bodika a fait garder à l’assemblée une minute de piété en mémoire du fondateur de la clinique Bondeko, le missionnaire de Scheut belge, le père Arthur Du Vernay, mort voilà sept ans. Parmi les co-fondateurs, monsieur Léon Kengo wa Dondo, actuel président du Sénat, a pris la parole pour rappeler l’idéal qui fut celui du groupe qui a fondé non seulement la clinique Bondeko mais aussi la Communauté Bondeko, dès 1967, pour vivre l’idéal chrétien de l’amour du prochain. 






Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.