Accéder au contenu principal

25 ans d’épiscopat de Mgr Gérard Mulumba, évêque de Mweka


Au diocèse de Mweka, dans la province du Kasai-occidental, Mgr Gérard Mulumba a célébré ses vingt-cinq ans d’épiscopat. L’évêque de Mweka a présidé, à cette occasion, une messe dans la cathédrale saint Martin, le mercredi 9 juillet, après une forte pluie qui a arrosé en matinée tout le territoire de Mweka.
Cinq évêques de la province ecclésiastique de Kananga ont concélébré : Mgr Marcel Madila, archevêque de Kananga, Valentin Masengo, évêque de Kabinda, Bernard-Emmanuel Kasanda de Mbuji Mayi, Pierre-Célestin Tshitoko de Luebo et Félicien Mwanama de Luiza.

Autour de l’autel, il y avait aussi des dizaines de prêtres parmi les quarante-six prêtres diocésains de Mweka. Il y a 25 ans, ils étaient 6 pour 6 paroisses. Ils sont aujourd’hui 46 pour 14 paroisses. Mgr Mulumba l’a rappelé dans l’homélie en élevant le chant de magnificat pour remercier le Seigneur de sa grâce et de ses merveilles. Beaucoup de choses n’ont pas été faites, a reconnu l’évêque, demandant de remercier le Seigneur pour ce qui s’est accompli.
L’assemblée des fidèles a accompagné l’évêque de Mweka dans l’action de grâce. Le gouverneur de la province du Kasai-occidental, Alex Kande, a participé aussi à cette eucharistie.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.