Accéder au contenu principal

Boma : Nouvelles ordinations diaconales et sacerdotales


Le diocèse de Boma, dans la province du Bas-Congo, diocèse le plus petit du pays et le plus riche en prêtres avec 350 membres du clergé diocésain, s’est encore enrichi, le dimanche 13 juillet, avec l’ordination de quatre nouveaux prêtres et sept diacres. Mgr Cyprien Mbuka leur a imposé les mains lors de la messe célébrée dans la cour de l’église paroisiale Notre-Dame des pauvres à Tshela. La messe a été intégralement retransmise en direct par la radio diocésaine, Radio Nguizani.
Dans l’homélie de la messe, l’évêque de Boma a demandé aux diacres qui allaient devenir prêtres de suivre le modèle du Christ Jésus, prêtre et pasteur de son peuple. Que les quatre nouveaux prêtres se rappellent aussi la parole du pape François recommandant que le pasteur se tienne à la tête des brebis pour les protéger. Aux sept séminaristes qui allaient devenir diacres, l’évêque de Boma a demandé d’accepter les conseils des aînés et des fidèles.

Par ailleurs, au cours de cette eucharistie, le secrétaire-chancelier de Boma, monsieur l’abbé Jean-Claude Diaki, a donné lecture d’un décret de l’évêque nommant trois vicaires épiscopaux, messieurs les abbés Pamphile Mbadu, Jean-Claude Mbimbi et André Lelo. Mgr Mbuka nomme aussi la sœur Nkoy déléguée épiscopale auprès de la congrégation diocésaine des Sœurs servantes de Marie de Boma. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.