Accéder au contenu principal

Bondo : Soeur Julienne Singbatilani, nouvelle supérieure générale des Soeurs de Jésus éducateur

La congrégation diocésaine féminine du diocèse de Bondo, dans la Province Orientale, s’est donné une nouvelle supérieure générale, sœur Julienne Singbatilani. Elle a été élue à l’issue du quatrième Chapitre général de la congrégation tenu à Bondo du 11 au 15 août, sous la modération de monsieur l’abbé Jules Gbagbu, prêtre du diocèse voisin de Buta. Sœur Singbatilani était jusqu’alors notamment présidente de la Commission diocésaine Justice et Paix.
Avec la nouvelle supérieure générale, la Sœur Elisabeth Yuapay a été élue assistante générale, tandis que les sœurs Caroline Mite, Caroline  Wongba, et Antoinette Nagulu deviennent conseillères générales.

La congrégation des sœurs de Jésus Educateur a d’abord réuni ses membres du 4 au 9 août pour la retraite annuelle. Les religieuses ont réfléchi autour du thème de la fidélité au Christ à travers leur charisme. Et le temps de la retraite a préparé les sœurs à la célébration de du quatrième Chapitre général de leur congrégation. Les religieuses ont pris le temps de s’affermir davantage dans leur identité. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.