Accéder au contenu principal

Diocèse de Kikwit : trois nouveaux prêtres et sept nouveaux diacres



L’évêque de Kikwit, dans la province du Bandundu, Mgr Marie-Edouard Mununu Kasiala, a ordonné trois nouveaux prêtres et sept diacres, le dimanche 10 août. L’Eglise de la RDC célébrait l’Assomption de la Vierge Marie, patronne du pays. Les trois nouveaux prêtres de Kikwit sont : messieurs les abbés Jean-Marien Katesha, Blaise Lase et Augustin Sangumpamba. Et les sept diacres : Blaise Mako, Daniel Mushimbonga, Fiston Mvindu, Fabrice Namwisi, Edouard Ngumbu, Toussaint Pidi et Prosper Sindani.



La messe d’ordination, concélébrée par une soixantaine de prêtres, s’est déroulée sur la place de la cathédrale Saint François-Xavier. Dès le début de la messe, Mgr Mununu a demandé à l’assemblée de prier pour avoir des prêtres pour la croissance et l’animation des communautés, mais aussi des prêtres édifiants. 






Dans l’homélie de la messe, le vicaire général de Kikwit, Mgr Bertin Kipanza, a présenté la Vierge Marie comme la préférée de Dieu, elle par qui Dieu continue à opérer des miracles. Mgr Kipanza a aussi présenté les fonctions que l’Eglise assigne aux nouveaux prêtres et diacres dans le service de l’Eglise, notamment l’annonce de la Parole de Dieu, la célébration des sacrements et l’exercice de la charité. 




Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.