Accéder au contenu principal

Idiofa : Atelier en management


L’évêque d’Idiofa, dans la province du Bandundu, Mgr Joseph Moko, a procédé à la clôture, le jeudi 14 août, d’un atelier de trois jours en management portant sur l’orientation stratégique de la pastorale diocésaine pour les cinq ans à venir. L’atelier a été animé par Rombaut Nana, expert venu de Kinshasa de l’ONG « Appui et Formation pour la Gestion Orientée vers les Résultats ».
La question fondamentale de l’atelier d’Idiofa a été de savoir comment assurer la relance économique du diocèse  et le bien-être des familles.  Des questions complémentaires portaient notamment sur l’attention aux pauvres, à toutes les personnes vulnérables, sur la communion ecclésiale autour de l’évêque, l’implication d’un clergé préparé, la bonne gestion financière. 

Les curés doyens, les coordonnateurs du réseau de l’enseignement catholique et quelques responsables d’autres services diocésains se sont retrouvés autour de l’évêque, qui célébrait, par ailleurs, ses cinq ans d’épiscopat. Faire Eglise, entrer dans une vision commune, c’est le mot-clé de la pastorale du diocèse, et l’atelier de management visait à l’atteindre.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.