Accéder au contenu principal

Les Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus ont célébré leurs 25 ans de présence en RDC




Les Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus, présentes dans l’archidiocèse de Kinshasa depuis 25 ans, sont des modèles de fidélité et d’amour pour aller à la périphérie humaine. Mgr Timothée Bodika, l’un des deux évêques auxiliaires de Kinshasa, a rendu grâce à Dieu pour les religieuses et les a remerciées lors de la messe concélébrée le dimanche 28 septembre dans l’église paroissiale saint Jean Apôtre de Kinshasa-Matete.
Pour l’évêque, les sœurs hospitalières redonnent de la dignité humaine à des personnes rejetées par la société comme juste bonnes pour se nourrir dans des poubelles. Mgr Bodika a recommandé aux religieuses de faire mémoire de leur passé avec gratitude, d’embrasser l’avenir avec espérance et de vivre le présent avec passion pour le Christ et pour les malades mentaux qu’elles servent.





























C’est à la demande de feu le cardinal Joseph-Albert Malula, alors archevêque de Kinshasa, que trois sœurs sont arrivées le 29 septembre 1989 pour soigner les nombreux malades mentaux de la ville : les Sœurs Angèle Gutièrrez et Andréa Calvo, qui étaient présentes dans l’église en ce jour du jubilé, et Maria Covadonga Gonzales, aujourd’hui missionnaire au Burkina-Faso. Andrea Calvo est conseillère de la Supérieure générale qui l’a déléguée de Rome à Kinshasa en compagnie de sœur Maria Ester Berruete.


Andréa Calvo et Angèle Guttierez

Sœur Espérance Swana a raconté l’histoire de sa congrégation en RDC, qui a vu les religieuses ouvrir le Centre de santé mentale Telema à Kinshasa-Matete et un deuxième centre à Kinshasa-Kintambo en cette année du jubilé d’argent. Les religieuses ont la joie de voir l’œuvre hospitalière porter du fruit et compter plusieurs collaborateurs laïcs mais en même temps elles éprouvent beaucoup de souffrance au vu du nombre croissant de malades à travers la ville.


Dans son mot de remerciement, la supérieure des hospitalières en RDC, sœur Hortense Mayela, a stigmatisé la conception erronée de la maladie mentale dans la société qui l’impute souvent à la sorcellerie. Pour s’en sortir, il faut s’engager à vivre authentiquement la foi chrétienne et l’esprit des béatitudes, a-t-elle dit, en invitant ses consœurs à la persévérance.


L’une des trois pionnières de l’œuvre hospitalière en RDC, sœur Andrea Calvo, a remercié pour l’hospitalité reçue en 1989 de l’Eglise de Kinshasa et particulièrement de religieuses comme les Sœurs Missionnaires du Christ Jésus et les Sœurs dominicaines du rosaire. 






Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.