Accéder au contenu principal

Ouverture de l’année scolaire pour les écoles catholiques du Kasai-occidental


Les coordinateurs de l’enseignement catholique de l’archidiocèse de Kananga et des diocèses de Luiza et de Luebo, dans la province du Kasai-occidental, se sont retrouvés le lundi 8 septembre pour ouvrir ensemble la nouvelle année scolaire. La messe d’ouverture a été présidée dans la cathédrale saint Joseph de Mikalayi Mfuki, dans l’archidiocèse de Kananga. Le curé de la paroisse, monsieur l’abbé Jean-Ange Tshimpaka, a souligné, dans l’homélie, le fait que la Vierge Marie, dont la Nativité était célébrée ce 8 septembre, est mère de toute famille qui éduque et donc de l’école.
Le coordinateur provincial des écoles conventionnées catholiques, Beya Ngindu, a recommandé aux chefs d’établissement scolaires, aux enseignants, aux élèves et aux parents de suivre l’exemple de la Bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite.
Elle fut enseignante elle aussi. L’Eglise de la RDC célèbre le cinquantième anniversaire de son martyre le 1er décembre. Beya Ngindu a aussi recommandé aux écoles catholiques des actions de promotion de la lecture et de sauvegarde de la nature en vue du développement durable. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.