Accéder au contenu principal

Chaire cardinal Malula : l'obéissance comme défi pour le monde



Père Simon-Pierre Metena, jésuite
Au deuxième jour de la 45ème session de la Chaire Cardinal Malula, le père jésuite Simon-Pierre Metena a traité de l'obéissance comme défi pour la vie consacrée aujourd'hui. Le thème général de la session porte sur "Vie consacrée et service de la société".
L'actuel directeur du Centre d'Etudes pour l'action sociale (CEPAS) a notamment puisé dans son expérience d'ancien supérieur provincial de la Compagnie de Jésus pour l'Afrique centrale.


Pour le père Metena, des changements multiples ont marqué le monde depuis les dernières décennies qui posent question sur la difficile conjonction entre devoir d'obéissance, liberté et exercice de l'autorité.



Beaucoup, dans l'Eglise aussi bien, en sont allés à proposer de nouvelles expressions et de nouvelles manières de concevoir le service de l'autorité comme "gouvernance pour le leadership".
Le jésuite Metena s'appuie plutôt sur la tradition de sa famille religieuse et en tire un enseignement susceptible d'inspirer pour vivre aujourd'hui le prophétisme de la vie consacrée pour le monde. Il s'agit essentiellement de vivre l'obéissance dans un regard surnaturel, dans la foi.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.