Accéder au contenu principal

Le temps court et s'écourte

Au cœur des jours et des nuits

Le temps court et s’écourte
Pourquoi les années sont-elles devenues si courtes ? Que les plus jeunes m’entendent. Dans ma jeunesse, les vacances scolaires, par exemple, duraient longtemps, bien plus longtemps qu’aujourd’hui. Du 2 juillet au 2 septembre. Vous me direz que le calendrier n’a pas changé, que les responsables ont même tout fait pour le remettre toujours à jour, dans un état normal, c’est-à-dire pour que les vacances durent deux mois tout pleins. Peut-être.
Et l’année elle-même. Elle comptait douze longs mois, de 30 ou 31 jours chacun, sauf février qui en avait 28 et 29 tous les quatre ans. L’année durait du 1er janvier au 31 décembre. Vous me direz que rien n’a changé. Peut-être.

Peut-être seulement. Parce que je témoigne que les années duraient bien plus longtemps qu’aujourd’hui. C’est le sentiment que j’en avais. Les grandes vacances, elles duraient longtemps, très longtemps. On pouvait aller loin, on revenait dans son village, les vacances duraient encore. Et quand on commençait une nouvelle année scolaire, c’est comme si on avait tout effacé du tableau noir et dans sa mémoire. Parfois, on reconstruisait les salles de classe. Dans les villages, on renouvelait la paille ou les rameaux.
A l’école, on changeait bien de salle, de maître ou de maîtresse. Sauf exception, on passait dans la classe supérieure. Aujourd’hui, je sais, il n’y a plus d’exception, pas de redoublement, tout le monde passe de classe. Les choses doivent avoir ainsi changé.
Et les années doivent avoir aussi changé. Elles sont ainsi devenues courtes. Il n’y a pas longtemps, on a fêté Pâques. Avant Pâques, il y a quelques temps, on avait fêté Noël. Mais voici que Noël est soudain revenu. Mais voici surtout qu’une nouvelle année est arrivée. Je me suis à peine aperçu des changements. Je me suis à peine aperçu aussi que je prenais de l’âge moi-même. Si vite. Je ne suis plus un enfant. Je ne suis plus si jeune. Désolé ! Peut-être.
Augustin, philosophe chrétien du quatrième siècle, devenu évêque d’Hippone, a écrit dans ses Confessions combien il est difficile de mesurer le temps. Il distingue le temps et l’éternité. Il a écrit : « Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne m’interroge, je le sais ; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore. »
Dans la Bible, le psaume 90 reprend une prière de Moïse, l’homme de Dieu. Il dit :
Le temps de notre vie ? C'est soixante-dix ans,
au mieux: quatre-vingts ans pour les plus vigoureux;
et leur agitation n'est que peine et misère.
Car le temps passe vite et nous nous envolons.
Qui peut connaître l'intensité de ta colère,
qui te respecte assez pour tenir compte de ton courroux ?
Apprends-nous donc à bien compter nos jours,
afin que notre cœur acquière la sagesse !

Jean-Baptiste Malenge Kalunzu

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.