Accéder au contenu principal

Noël à Popokabaka


Au milieu de la nuit, au milieu du silence, au milieu des pauvres, le Verbe de Dieu s’est fait notre chair dans la pauvreté en personne ! L’évêque de Popokabaka, dans la province du Bandundu, a commencé ainsi l’homélie de la messe de la nuit de Noël. Pour Mgr Louis Nzala, Dieu donne ainsi aux humains le pouvoir de devenir enfants de Dieu. Et l’évêque de rassurer l’assemblée des fidèles dans la cathédrale Sainte Famille de Popokabaka en disant que l’événement de Noël, la naissance de l’enfant de Bethléem est bien vrai, et d’ajouter que Dieu est là dans tout ce qui arrive, dans tout ce qui arrive à chacun. Devenons missionnaires de cette Bonne Nouvelle, a exhorté Mgr Nzala. La mission, c’est de répandre la joie dans son entourage immédiat.

L’évêque de Popokabaka a particulièrement invité à la mission les personnes consacrées, en cette année de la vie consacrée, à l’entrée de la célébration du centenaire de l’évangélisation du Kwango et donc du diocèse de Popokabaka.
A Popokabaka, les personnes consacrées se sont justement réunies pour passer le réveillon de Noël à l’orphelinat Bethléem de la paroisse sainte Famille.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.