Accéder au contenu principal

Tshumbe : L'évêque a béni l'église du village Ifuta






En pirogue et à moto, l'évêque de Tshumbe est allé à Ifuta, village enclavé situé à la frontière avec le diocèse de Mweka.  Mgr Nicolas Djomo a béni la nouvelle église construite par un prêtre. 






BENEDICTION D’UNE NOUVELLE EGLISE AU DIOCESE DE TSHUMBE 
DANS LA COMMUNAUTE ECCLESIALE VIVANTE DE BASE D’IFUTA

Très éloignée du centre de la paroisse de Yenga, IFUTA est essentiellement une communauté de riverains au bord du Sankuru et de Lokibu, à la frontière avec le diocèse de Mweka en République Démocratique du Congo. Sa situation géographique fait ainsi d’elle une communauté enclavée et difficilement accessible. Avec la construction d’une nouvelle église en matériaux durables à IFUTA, c’est l’Eglise de Tshumbe qui est en sortie missionnaire et qui se réalise, selon les mots chers du Pape François, comme « une Eglise pauvre pour les pauvres ».

En effet, le 06 décembre 2014, Mgr Djomo Nicolas, Ordinaire du lieu, a fait le déplacement d’IFUTA, dans une pirogue de près de trois heures à la descente sur la rivière Sankuru, pour y bénir, le jour suivant, 07 décembre, la nouvelle église construite par un de ses prêtres diocésains, l’Abbé Victor LOTOLA dont il n’a pas manqué de saluer la foi, l’espérance et l’amour comme seules raisons de sa réalisation. Et c’est au cours d’une grande célébration eucharistique que l’Evêque de Tshumbe y a procédé.

En commentant la liturgie de la Parole du deuxième dimanche de l’Avent, l’Officiant du jour est constamment revenu sur la noble mission de Jean Baptiste déjà annoncée dans le Livre du prophète Isaïe, qui consiste à préparer les cœurs des hommes à accueillir le Seigneur et à faire de tous des enfants de Dieu par la proclamation de sa Parole de vie. C’est la même mission, a-t-il fait remarquer, qui a été celle des apôtres et de tous les disciples du Christ et qui explique aujourd’hui la construction d’une église à IFUTA. IFUTA qui ressemble à ce désert de Jean Baptiste : un lieu retiré et isolé sans facilité ni confort, un lieu ouvert à perte de vue, où les routes ne sont pas clairement tracées mais où le Seigneur vient établir sa Demeure pour faire retentir l’appel à la conversion, c’est-à-dire à la vie. C’est ici que s’entend alors l’église-édifice comme lieu d’écoute de la Parole et d’envoi en mission ainsi que de la présence du Seigneur parmi son peuple, a enchaîné Mgr Djomo.
Avant de conclure son homélie, l’Ordinaire du lieu a tenu à instruire l’assemblée sur les objectifs essentiels de toute œuvre d’évangélisation, à savoir  l’annonce de la Parole de Dieu et l’édification du Corps du Christ par la célébration des sacrements, spécialement de la Sainte Eucharistie ; la promotion humaine à travers un développement intégral de tout homme et de tout l’homme ; d’où la nécessité d’assurer, en même temps que l’annonce de la Parole, des possibilités pour l’éducation des enfants, l’accès aux soins médicaux et l’amélioration des conditions de vie, respectueuses de la dignité de la personne humaine. Ceci explique, a poursuivi Mgr Djomo, la présence d’une Religieuse médecin qui a assuré des soins de santé primaires pour la circonstance et la construction en cours à IFUTA, d’une école, d’un centre de santé et de tant d’autres à venir.
Pendant comme après la messe, on ne pouvait pas ne pas noter le grand enthousiasme qui animait la communauté d’IFUTA, nourrissant l’espoir de se voir constituer prochainement en une paroisse dès que seront réunies toutes les conditions.

Il est 13h10 quand l’Evêque de Tshumbe prend congé de ses fidèles d’IFUTA pour reprendre le chemin de retour, toujours en pirogue, qui aura duré cette fois-ci quatre heures et trente minutes.
Fait à Tshumbe, le 11/12/2014

Abbé Léonard LUMBUTU, Secrétaire Chancelier


Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.