Accéder au contenu principal

La révolution dans le bruit

Au cœur des jours et des nuits

La révolution dans le bruit
Dans la capitale Kinshasa et dans les villes du pays, nous avons fêté Noël et le Nouvel an dans le bruit. Un bruit d’autant plus fort que les fêtes de fin d’année sont bien les dernières de l’année, et l’on voudrait y aller jusqu’à l’ivresse. Parce que le bruit donne aux citadins, semble-t-il, l’euphorie que procure l’alcool, par exemple. Plus il y a de bruit, dans nos villes, mieux on se sentirait dans son corps et peut-être aussi dans son esprit. Mais le calme, le silence, il faut désormais sortir de nos villes pour le trouver et en bénéficier.
Il y en a qui craignent la folie lorsqu’on les tient dans le silence, dans le calme. Le silence fait peur. Il vous oblige à penser à vous. Il vous oblige à faire attention, à écouter l’autre qui souffre, l’autre qui vous aime, l’autre qui pense, qui réfléchit, qui argumente.


Le Kinois moyen a peur du silence, parce qu’il préfère penser à la responsabilité des autres et jamais à lui-même, à ce qui l’engage, à ce qui le compromet. Parce qu’il ne veut écouter personne. Parce qu’il n’a pas besoin de réfléchir. Il riposte, il conteste, il proteste. Il crie, il produit du bruit, il cultive le vacarme.

Le Kinois ne pleure pas ses morts, il a peur de la mort, et il fait du bruit pour se distraire, éloigner de son esprit toute pensée de la mort. Le Kinois ne jubile pas dans les fêtes, il s’enivre, il oublie pourquoi. Il évite de savoir.

Pour le bien et le mal qui lui arrive, c’est l’Etat qui en est la cause, pense-t-il. Ce sont les sorciers qui agissent. Et surtout, c’est Dieu qui doit agir. Dieu, le Kinois le prie à tue-tête. On amplifie le son grâce aux instruments techniques toujours plus performants.

Depuis qu’il y a l’électricité dans nos villes, on se procure ainsi le vertige sous le bruit, le tintamarre. Personne n’écoute la musique pour lui seul. Personne ne prêche pour son église, sa chapelle. Tout est dans la rue, tout est pour la rue.
L’électricité a apporté la modernité. Et les villages envient les cités et les villes. Les villages bien calmes, trop calmes, peut-être, attendent la modernité. Ils attendent l’électricité pour faire aussi du bruit. Pour amplifier les sons du tam-tam, pour amplifier la voix des chanteurs et griots et des pleureuses. Pour se distraire, pour s’oublier et oublier les autres.

Et un jour, avec la modernité et l’électricité, plus personne ne se souviendra de rien. Ce pays perdra jusqu’à son propre nom. Il ne portera plus qu’un prénom voire un prête-nom. Le pays sera vendu, comme dit. Parce que dans le bruit, on l’aura oublié.

Jean-Baptiste Malenge Kalunzu

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.