Accéder au contenu principal

Le travail ou la prière

Au cœur des jours et des nuits

Le travail ou la prière ?

C’est un chrétien qui regrette d’avoir trouvé du travail. Il n’a plus le temps de rester longtemps dans l’église comme il le faisait voilà quelques mois encore. Il regrette même d’être tellement fatigué le dimanche qu’il ne peut plus aller à la prière que difficilement. Et il commence même à trouver long, très long le temps consacré à la prédication par le pasteur. Ce n’était pas le cas autrefois.

C’est un démon qui le hante, lui révèle son voisin dans le bus. Et le voisin prétend, lui, échapper totalement au diable parce qu’il est devenu lui-même un serviteur de Dieu, un pasteur. Il passe tout son temps dans l’église. C’est le travail qu’il a trouvé depuis peu.


Personne, dans le bus, ne se mêle à la conversation. Il y en a sans doute beaucoup qui sont, comme moi, obligés de suivre malgré eux l’échange entre le nouveau pasteur et son ami. Son ami qui doit avoir été lui-même pasteur jusqu’au jour où il a trouvé un travail qui l’occupe du matin au soir et du lundi au samedi.
La prière qui détourne et éloigne du travail. Et la prière qui est un travail. Comment trancher ? Dans les églises, beaucoup implorent Dieu pour qu’il leur donne du travail. Et lorsque Dieu a exaucé leur prière, comment peuvent-ils prétendre que le travail est une occasion pour le diable de les éloigner de Dieu ?
Tout ce que vous faites, faites-le au nom du Seigneur. Saint Paul l’enseigne ainsi, dans la Bible. Lui, serviteur de Dieu, il a travaillé de ses mains, il a travaillé pour gagner son pain.

Des chrétiens n’ont sans doute pas compris ce qu’est le travail et ce qu’est la prière. Pourquoi demander à Dieu une chose et son contraire, si le travail qu’on lui demande est l’ennemi de Dieu ? Comment prier Dieu sans mépriser le travail et ses horaires ? L’Eglise catholique enseigne le sens du travail humain comme obligation de foi et comme participation à l’œuvre de Dieu dans le monde.

Le travail n’est pas un péché. Il n’éloigne pas de Dieu. Le travail n’est pas non plus une punition. Au contraire. Dieu a béni le travail. C’est pourquoi nous prions pour le travail.



Jean-Baptiste Malenge Kalunzu

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.