Accéder au contenu principal

Le frère Guillaume Kipoy vice-président de l'Asuma

Frère Guillaume Kipoy, supérieur général des Frères joséphites de Kinzambi

Le supérieur général des Frères joséphites de Kinzambi, le frère Guillaume Kipoy, a été élu, le dimanche 1er février, vice-président de l’Assemblée des supérieurs majeurs de la RDC alors que le président sortant, le père rédemptoriste Zéphirin Luyila, a été reconduit par les supérieurs majeurs réunis depuis une semaine en Assemblée plénière au Centre catholique Nganda de Kinshasa. Pendant cette Assemblée, le frère Kipoy a prononcé une conférence intitulée « impact socioculturel et anthropologique sur le fonctionnement de la communauté ».

Il a relevé le fait que la communauté idéale n’existe pas, mais que la communauté se construit chaque jour, à cause de la multiplicité des problèmes et de la diversité des identités. Nous sommes en difficulté pour le moment, car nos communautés sont parfois plus virtuelles que réelles, les rapports dépendant plus des communications que du langage direct, ce qui pose des problèmes pour la vie de chasteté, de pauvreté et d’obéissance.  Il faut prendre chacun avec ses problèmes, organiser la vie avec des projets communautaires, des récollections et surtout la correction fraternelle. Il nous faut nous recentrer autour du Christ dans la prière et redécouvrir notre identité religieuse, de sorte à montrer au monde la joie de la vie que nous avons choisie.  

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.