Accéder au contenu principal

Ouverture de l’Année du Centenaire de fondation des Filles de Saint Paul




Dans l’église paroissiale saint Pierre de Kinshasa, le dimanche 8 février, Mgr Edouard Kisonga, l’un des deux évêques auxiliaires de Kinshasa, a présidé la messe pour l’ouverture de l’Année du centenaire de fondation de la congrégation des Filles de saint Paul. Les religieuses arrivées en RDC en 1958 célèbrent leur centenaire d’existence comme une année de grâce, dans la joie et la simplicité.
La joie et la simplicité, Mgr Kisonga les a reconnues à la congrégation née comme une œuvre de foi d’un prêtre italien, le père Jacques Alberione, et d’une religieuse, Mère Tecla. Les premiers membres de la congrégation étaient aussi des femmes de foi, de totale confiance en Dieu.


Dans la simplicité et la joie, la présence des Filles de saint Paul est remarquable en RDC par leurs œuvres apostoliques à travers la communication sociale dans les archidiocèses de Kinshasa, Lubumbashi et Kisangani. Des religieuses de la RDC ont aussi ouvert une communauté dans le quartier Yopougon d’Abidjan en Côte d’Ivoire.

A la messe d’ouverture du Centenaire, les Filles de saint Paul ont compté dans l’assemblée plusieurs coopérateurs laïcs et des aspirantes qui se joignent aux religieuses pour vivre leur engagement chrétien à la manière de saint Paul comme apôtres de la Parole et de l’eucharistie, utilisant toutes les technologies de la communication que l’Esprit apporte à l’humanité aujourd’hui. 




Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.