Accéder au contenu principal

Trois jours de prière par les personnes consacrées


Les personnes consacrées de la RDC se réservent les trois premiers jours du carême 2015 pour une prière spéciale, suivant une recommandation de La Déclaration finale de la dernière Assemblée plénière des religieuses et religieux tenue du 26 janvier au 2 février au Centre catholique Nganda de Kinshasa. 


Pourquoi ces trois jours de prière ? La secrétaire générale de l’Union des Supérieures Majeures, Sœur Catherine Nebandrandro, Sœur des Filles de Marie Servante de Buta, explique que les supérieurs majeurs venus des quatre coins du pays ont partagé sur les diverses situations de joie et de peine
telles que l’insécurité persistante avec des massacres, des viols et des des violations de droits de la personne ou l’enlèvement des trois pères assomptionnistes au diocèse de Butembo-Beni dans la province du Nord-Kivu. Les consacrés demandent de confier à Dieu toutes ces situations. D’où les trois jours de prière spéciale à l’entrée en carême pour se recentrer sur l’essentiel de la mission et de la vie consacrée. 


Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.