Accéder au contenu principal

Un nouveau conseil de la Délégation chez les Filles de la sagesse





La supérieure générale des Sœurs Filles de la sagesse, sœur Louise Madore, accompagnée de la conseillère générale chargée de l’Afrique, sœur Isabelle Retailleau, a regagné Rome après avoir organisé, à Kisangani, dans la Province Orientale, une Assemblée de discernement des Filles de la sagesse. Le dimanche 8 février, la supérieure générale a nommé un nouveau conseil de la Délégation des religieuses pour la RDC. Sœur Pierrette Bwamba a été reconduite pour un troisième mandat de quatre ans, à la tête d’un conseil de quatre membres.


Le nouveau Conseil des Filles de la Sagesse en RDC
Les Filles de la sagesse ont de nouveaux défis : la consolidation des communautés avec de jeunes religieuses, la fidélité à la vie consacrée, la transparence dans la gestion des biens et la formation, sans oublier l’interculturalité, l’internationalité sur lesquelles porte l’accent dès le noviciat.
Pour la Supérieure générale, les Filles de la sagesse sont là pour dénoncer les fausses sagesses, c’est-à-dire tout ce qui ne va pas avec l’évangile, en soi-même et dans le monde. Et c’est le sens d’une parole prophétique, a précisé Sœur Madore.
Soeur Louise Madore


En l’année de la vie consacrée, les Filles de la sagesse cherchent à retrouver le sens de la vie religieuse, dans le sens indiqué par le pape François demandant d'aller aux périphéries.

Ecoutez ici une interview avec Soeur Madore.



Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.