Accéder au contenu principal

La crise africaine : Des étudiants en théologie en scrutent les facettes





Quelque 200 étudiants ont participé, le samedi 21 mars,  à un « panel théologique » dans la salle des conférences de l’Institut Saint Eugène de Mazenod, géré par les missionnaires oblats de Marie Immaculée à Kinshasa-Kintambo. Pour la cinquième fois, depuis 2011, le panel théologique a réuni des étudiants de quatre instituts supérieurs et universités catholiques de Kinshasa : Institut Saint Eugène de Mazenod, Grand séminaire de théologie saint Jean 23, Université Saint Augustin, Université Catholique du Congo et l’Institut Supérieur de Pédagogie Religieuse. L’Université Protestante du Congo y participe aussi dans le cadre de l’oecuménisme.
Le panel théologique se veut un espace scientifique d’échange et de débat entre étudiants sur des sujets d’actualité. Cette année, le thème inscrit à l’ordre du jour était : « Afrique, pourquoi tant de crises ? » Cinq conférenciers ont répondu à la question sous divers angles : théologique, pédagogique, juridique, psychologique et économique.



Le diacre oblat Gabriel Matakumba a présenté l’historique de ce panel théologique pour insister sur le fait que des étudiants l’avaient créé pour répondre au souhait de leurs professeurs. A l’Institut Saint Eugène de Mazenod, les professeurs s’expriment régulièrement dans le cadre de la Chaire Cardinal Malula ou de la Revue Africaine des Sciences de la Mission. 



Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.