Accéder au contenu principal

Le carême, chemin pour ressusciter l’école catholique


Comment faire pour ressusciter l’enseignement dans les écoles catholiques du diocèse de Kikwit, dans la province du Bandundu ? Un coordinateur diocésain de l’enseignement catholique, le frère Jules Biepele, a organisé sur le sujet un temps de prière et de réflexion. Les chefs des établissements scolaires catholiques ont participé ainsi à la retraite animée du 5 au 8 mars au centre spirituel Kipalu par le père jésuite Pierre Claude Santime Matungulu, directeur des études au collège Sadisana.
Le chemin de Pâques auquel sont conviés tous les chrétiens a été présenté comme le chemin à prendre aussi par les enseignants catholiques, l’événement pascal étant entendu comme un événement qui recrée et donne une nouvelle manière de vivre la vocation d’enseignant.

Le père Santime a expliqué que si le carême est un chemin de conversion, le carême devrait apporter des réponses aux questions que l’histoire pose continuellement. D’abord, la question de la propre vocation humaine sur ce que Dieu attend de chacun. Ensuite, les interpellations de l’histoire, notamment en matière d’éducation. Le père Santime a invité les participants à apprendre à apprendre, apprendre à faire, apprendre à vivre ensemble et apprendre à être. Au cours de la messe de clôture, le prêtre jésuite a dit qu’aujourd’hui l’école est, pour les enseignants, le temple où ils devraient  rencontrer Dieu, le lieu où Dieu se révèle et se donne. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.