Accéder au contenu principal

Vie consacrée et droit canonique






Les aspects juridiques de la vie consacrée, la faculté de droit canonique de l’Université catholique du Congo les a examinés pendant les deux journées d’étude, les 16 et 17 mars, organisées, en cette année de la vie consacrée, sous le thème : « Vie consacrée : une présence prophétique dans le monde ».
Un religieux devenu évêque, quelle relation entretient-il désormais avec son institut d’appartenance ? 

La question a été abordée par le professeur Baudouin Mukabi alors que le professeur Gilbert Nakahosa venait de présenter la problématique de la séparation des membres d’avec leur institut, leur congrégation. Et quelles sont les relations entre l’évêque diocésain et les instituts religieux de droit diocésain ? La réponse du Code de droit canonique de 1983 a été relayée par le professeur Jean-Félix Mole. C’était au deuxième jour des deux journées d’études.

Le premier jour, le professeur Floribert Mavungu avait interpellé l’être consacré face aux signes des temps actuels. Et la professeure Josée Ngalula exposait sur la responsabilité des personnes consacrées dans la gestion du pays. Quant à la gestion saine des biens temporels des instituts de vie consacrée, les positions canoniques en ont été relevées par le professeur Bruno Lutumba. 


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.