Accéder au contenu principal

Nouvelle supérieure déléguée chez les sœurs Filles de saint Paul


A Kinshasa, les sœurs Filles de saint Paul se sont réveillées le dimanche de Pâques 5 avril avec une nouvelle supérieure déléguée, sœur Godelieve Mastaki. Elle succède à soeur Pélagie Banze. Elle est entrée en fonction avec un nouveau conseil le 4 avril,  jour de la naissance du bienheureux Jacques Alberione, le fondateur des Filles de saint Paul. La vice-déléguée, sœur Rita Yamba, est conseillère à la formation tandis que sœur Marie-Justine Mpaka se chargera de l’apostolat et que sœur Franca Perona sera la secrétaire du conseil et suivra des questions de spiritualité.

La délégation des Filles de saint Paul comprend 5 communautés, à Kinshasa, à Lubumbashi et à Kisangani en RDC mais aussi une à Abidjan en Côte d’Ivoire.
Sœur Mastaki est la huitième supérieure déléguée depuis l’arrivée des Filles de saint Paul en RD Congo en 1958. 

Biographie 

Née le 24 décembre 1962
Etudes faites : Graduée en anglais-culture africaine : ISP/Gombe, Kinshasa
                       Graduée en théologie et sciences humaines : université catholique
                       Licenciée en journalisme et technique des éditions
                       Présidente de l’USUMA-provinciale de Kisangani : de 2014 jusqu’à sa nomination.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.