Accéder au contenu principal

Sacrements d’initiation pour des jeunes et enfants à Kananga


Mgr Marcel Madila, archevêque de Kananga
L’archevêque de Kananga, dans la province du Kasai-occidental, Mgr Marcel Madila, a conféré les trois sacrements d’initiation, le baptême, l’eucharistie et la confirmation respectivement à 37 enfants et à 3 jeunes, le samedi 18 avril dans l’église paroissiale sainte Marie de Kananga. La plupart de ces enfants sont des filles que l’archevêque de Kananga avait confiées aux sœurs de saint Joseph de Tarbes pour que les religieuses les initient dans la catéchèse. Ces enfants étaient parmi ceux que Mgr Madila avaient vu représenter la crèche vivante, chanter et mimer l’évangile de la messe de l’Epiphanie de l’année 2013 et de la Journée diocésaine de l’Enfance Missionnaire en 2014. Mais ces enfants ne communiaient pas lors des célébrations eucharistiques. Et l’évêque avait demandé leur initiation.

Et le 18 avril, les voilà donc accueillis à la table eucharistique. Que par leur bon exemple et leur engagement dans l’Eglise, ces enfants et jeunes deviennent des chrétiens authentiques selon le cœur de Jésus. Telle a été l’exhortation de l’archevêque de Kananga. Un enfant a exprimé la joie de tous de communier au sang et au corps du Christ ressuscité. Il a aussi remercié les religieuses qui les ont aidés sur le chemin de la foi par les paroles de Jésus. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.