Accéder au contenu principal

Une femme épousera un homme

Au cœur des jours et des nuits
Une femme épousera un homme

Je l’ai perdue de vue depuis une quinzaine d’années. Elle se présente un après-midi pour me remettre en mains propres une invitation : elle va se marier. Je ne peux cacher la joie mais aussi l’étonnement. Dans mon entourage, depuis quelques années, on se marie très peu. Les jeunes filles et les jeunes gens cohabitent, s’essaient, comme on dit, ils ont des enfants, avant de penser un jour au mariage, au vrai mariage. Mais le jour semble s’éloigner comme l’horizon : toujours plus proche mais jamais atteint.

Ma joie et mon étonnement sont justes : cette amie de longue date ne faisait plus poser aucune question sur son célibat. On pensait bien, en l’observant, dans ses fréquentations masculines, qu’elle avait renoncé de penser au mariage. Mais on ne l’avait jamais entendue non plus évoquer une quelconque vocation à la vie consacrée et au célibat. Elle a fait de longues études, elle s’est investie dans une profession qui lui a imposé parfois des voyages à travers le monde.
Et ce sont les études et les voyages qui l’amènent aujourd’hui à penser au mariage. C’est ce qu’elle m’explique. Parce qu’elle va se marier, par amour, bien sûr, mais aussi, ajoute-t-elle, par résistance. Et je vous l’explique.

Elle est bel et bien tombée amoureuse d’un beau monsieur. Et depuis de longs mois, ils en sont venus à la décision cruciale. Ils ont informé les parents, obtenu l’avis favorable de l’entourage, et ils vont se marier.

Mais mon amie ajoute qu’elle se marie aussi pour résister à cet esprit mauvais qu’elle sent souffler dans le monde, qu’elle voit déferler sur le monde où l’on prétend qu’un homme épousera un homme ou qu’une femme épousera une femme. Une femme épousera un homme, c’est ce que la croyante catholique veut montrer. Et le sacrement du mariage, pour elle, c’est bien un acte de résistance. Aussi. Résistance contre l’esprit mauvais.

L’esprit mauvais, elle dit le percevoir dans les médias depuis quelques années, depuis que les nouvelles technologies de la communication et de l’information ont réduit le monde aux dimensions d’un petit village. L’esprit mauvais est venu de loin, et des médias africains tentent d’insinuer qu’un homme est aussi fait pour épouser un autre homme ou qu’une femme aurait aussi le droit d’épouser une autre femme.

Mon amie a appris avec plaisir la résistance du peuple angolais qui a protesté récemment contre des images de télévision. Un homme embrassait un homme comme il n’est pas convenable. La capitale angolaise a frôlé l’émeute à cause de ceux qui croyaient se mettre au goût du jour en montrant un homme en train d’embrasser un homme. C’est bien du mauvais goût, et la culture angolaise s’y oppose. C’est par mimétisme que des Africains se croient souvent obligés de choquer leurs compatriotes en prétendant suivre l’évolution du monde. Comme si l’Afrique n’était pas aussi le monde.

Mon amie a suivi avec plaisir aussi la résistance d’un cardinal africain parlant lors du Synode des évêques sur la famille. Le cardinal guinéen Robert Sarah, chef d’un dicastère, un ministère au Vatican, a publié un livre intitulé « Dieu ou rien : entretien sur la foi ». Dans une interview à propos du livre, le cardinal dit s’opposer à une vision du mariage et de la famille que l’Occident veut imposer au monde. Le cardinal Sarah dit : « Je me suis engagé contre le chantage des Nations unies qui imposent aux Etats africains des ministères du genre contre le versement d’une aide au développement. »

Et voilà ! Pour le cardinal guinéen, l’Occident vient imposer une vision du mariage et de la famille parfois en brandissant des bonbons comme récompense à l’obéissance ou des fouets de sanctions économiques et politiques. Où sont alors les droits des hommes, des femmes, des cultures et des peuples ?
Ce sont parfois des Organisations Non Gouvernementales qui relaient alors le chantage pour parler des droits de l’homme. Comme si l’homme et la femme n’existaient pas dans la nature. Comme si les Africains avaient besoin d’un étranger pour leur montrer la différence entre un homme et une femme. Comme si les droits de l’homme et de la femme, les siècles et les millénaires de l’histoire des peuples d’Afrique n’y avaient jamais pensé !

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.