Accéder au contenu principal

Prière pour la paix et l’unité à Kolwezi


Mgr Nestor Ngoy, évêque de Kolwezi
L’évêque de Kolwezi, dans la province du Katanga, Mgr Nestor Ngoy Katahwa, a donné la bénédiction finale à des milliers de membres de différentes confessions religieuses réunis le samedi 16 mai à Kolwezi sur la « Place du Mémorial des Guerres de 80 jours et de 6 jours en 1977 et 1978 ». Catholiques, orthodoxes, méthodistes et musulmans, notamment, étaient réunis pour une prière pour la paix et l’unité.
Avec les chefs des autres confessions religieuses, l’évêque de Kolwezi avait organisé cette séance de prière pour accompagner spirituellement les prochaines élections provinciales et locales et surtout le tout prochain découpage territorial qui fera bientôt de Kolwezi le chef-lieu de la nouvelle province du Lualaba. Des remous se sont parfois exprimés dans l’opinion depuis la décision du découpage en quatre de l’actuelle province du Katanga. Il faut exorciser la triste mémoire des guerres de 1977 et 1978 qui ont endeuillé la région de Kolwezi.

Le samedi 16 mai, des intentions de prière pour la paix et l’unité ont été exprimées par les différentes couches de la population, avec des chants de différentes chorales. Les chefs coutumiers et le maire-adjoint de la ville ont dit tout le remerciement de la population pour l’initiative des croyants en faveur de la paix et de l’unité.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.