Accéder au contenu principal

Le coiffeur et le pasteur



Au cœur des jours et des nuits
Le coiffeur et le pasteur

Je n’ai ni l’allure ni l’apparence d’un infirmier ou d’un médecin. Mais le coiffeur qui s’est occupé de ma tête la toute dernière fois s’est avisé de me consulter. Il demandait mon avis sur les propos tenus à la télévision par un pasteur. Le pasteur et sa chaîne de télévision venaient de s’installer dans le paysage médiatique. On les regardait pour découvrir la nouveauté. Les anciens, on connaissait trop leur évangile, de A à Z.
Et voilà que le pasteur racontait avec emphase le dernier miracle sorti de ses mains. Sous des applaudissements frénétiques de l’assemblée hystérique, le pasteur relevé par les projecteurs et les couleurs, revenait mille fois sur ce témoignage. Il prétendait que par sa prière combien efficace, il avait guéri un enfant souffrant de la drépanocytose, l’anémie SS. La fillette toute pâle, les yeux hagards, semblait ne rien comprendre. Les caméras fixaient ses yeux vides, évidés.

Pourquoi ne pas croire le pasteur s’il s’agit de croire ? Après tout, à Lourdes et ailleurs, d’autres sont habitués à des témoignages de guérisons miraculeuses. Pourquoi ne pas croire le miracle produit chez nous concernant une maladie courante en Afrique noire, l’anémie SS ?
Là n’est vraiment pas la question. Pas du tout. Le coiffeur n’a même pas cherché à savoir si je croyais en Dieu. Le coiffeur se plaignait parce que, disait-il, le pasteur racontait des invraisemblances.
Le pasteur prétendait donc que la fillette qu’on lui avait amenée souffrait depuis sa naissance, selon les témoignages de la propre mère de l’enfant. Et la dame a confirmé en racontant combien elle avait couru tant et tant de médecins, d’hôpitaux et de guérisseurs de différentes tribus. La dame a raconté qu’on lui avait finalement prétendu que l’anémie SS était inguérissable. Et que c’est alors qu’elle a rencontré une connaissance qui l’a orientée vers le pasteur dont les exploits irréfutables étaient visibles chaque jour sur sa station de télévision. Et la dame dit qu’elle était venue. Et qu’elle avait vu de ses yeux vu le miracle.
Le pasteur se vantait et demandait que ses détracteurs et les sceptiques croient, au moins une fois, cette fois-ci. Cette fois, l’expertise des médecins ont témoigné que l’enfant était du groupe sanguin O, criait le pasteur. Et l’assemblée de l’église criait la gloire du Dieu des miracles, et la chaîne de télévision montrait aux incrédules la scène qui devrait finir par leur couper le souffle et le doute. La foule pleurait de joie et d’admiration. On acclama le Seigneur qui guérit les pauvres et les affligés. La mère de l’enfant témoignait à chaudes larmes, le pasteur rappelait toutes les souffrances endurées avec un enfant SS.
Mais mon coiffeur faisait la fine bouche. Il me demanda si je n’ai jamais appris à l’école ou ailleurs dans la vie que l’anémie SS était le nom d’un groupe sanguin. Je souriais pour toute réponse, me refusant à m’engager dans des controverses qui n’en finiraient pas. Le coiffeur a ignoré ma réponse. Il m’a posé la question de savoir si la télévision n’avait pas pour objectifs d’informer et de former au lieu de déformer et de désinformer. Le coiffeur me demanda si quelqu’un, quelque part, pour la santé publique, avait le droit de contrôler les propos tenus sur les médicaments, les maladies et les guérisons.
Puisque le coiffeur avait rendu à ma tête la beauté que je lui avais demandée contre paiement, j’ai décidé de m’en aller. De l’anémie SS, des groupes sanguins et des pasteurs improvisés médecins, nous reparlerons à ma prochaine visite.

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.