Accéder au contenu principal

Les Sœurs salésiennes de la visitation sont des sœurs sans droit d’aînesse



La supérieure générale des Sœurs salésiennes de la visitation, sœur Eliane Duquenne, venue de Belgique, a reçu les vœux perpétuels de soeur Rosette Binia et les premiers vœux des sœurs Laurette Mufolo et Sophie Muyamuna. C’était le dimanche 2 août, dans l’église paroissiale Notre-Dame de Kikwit, dans la province du Kwilu, au cours de la messe présidée par l’évêque de Kikwit, Mgr Marie-Edouard Mununu. 

L’évêque de Kikwit a insisté, dans l’homélie, sur le témoignage de la vie consacrée. Que les religieuses cultivent la vérité, évitent le mensonge et le bavardage, a particulièrement souligné l’évêque. 


La supérieure générale insiste sur la formation religieuse et doctrinale des sœurs, sur la participation des laïcs à la spiritualité de saint François de Sales et sur la vie en communautés fraternelles au-delà des clivages. Sœur Eliane Duquenne a exhorté ses consœurs à accepter pleinement la mission où elles sont envoyées, pour y fleurir. Et là-dessus, la Supérieure générale entrevoit une nécessaire évangélisation de la culture africaine : toutes les sœurs, dans toutes les communautés, sont des consœurs, sans droit d’aînesse, mais en faisant attention aux aînées lorsqu’elles en ont besoin. 

La supérieure générale des salésiennes est venue aussi à Kikwit installer le nouveau conseil régional de la congrégation. Sœur Angélique Wolang a été reconduite comme supérieure régionale pour un mandat de trois ans. Elle sera assistée des sœurs Marthe Kapumba, Euphrasie Kongozia, Gisèle Senker et Léa Ngopa du Bénin.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.