Accéder au contenu principal

Martyr pour un coup de foudre



Au cœur des jours et des nuits
Martyr pour un coup de foudre

Mon ami enseignant de physique à l’école secondaire de son village se réjouit d’ores et déjà d’un grand événement de l’Eglise qui va se dérouler en Afrique du sud. L’événement, c’est la béatification, le 13 septembre, de Benoît ou Benedict Daswa. Ce nom vous est inconnu. Mais son histoire, vous direz la connaître si je vous apprends que cet enseignant et catéchiste ne croyait pas et qu’il a fait savoir fermement qu’il ne croyait pas que la foudre qui tombe sur un village est une œuvre de sorciers.
L’histoire de Benedict Daswa vous concerne, donc. Tout au moins, vous connaissez des personnes qui croient dur comme fer, depuis leur enfance, qu’un être humain peut vous envoyer la foudre, comme on dit dans ma langue maternelle. La foudre qui brûle et qui tue. Et vous savez que des personnes qui croient dur comme fer à la force magique, vous ne pouvez pas les convaincre du contraire.

Mon ami professeur de physique l’a tenté dans son village. Il a donné une conférence devant des enseignants, des élèves et toute la commission paroissiale des intellectuels. Il a expliqué ce que chacun d’eux doit avoir appris dès l’école primaire. Par exemple : le négatif et le positif de piles qui se croisent pour faire la lumière dans une lampe de poche ou pour allumer un poste de radio.
Dans sa conférence, mon ami a expliqué que les fréquentes foudres qui tombaient sur le village n’étaient pas le fait de sorciers mais le résultat tout simple de phénomènes naturels. Et mon ami a signalé que le colonisateur avait planté deux paratonnerres que tout le monde pouvait voir aux bouts du village.
La conférence était claire, en des termes simples et concrets. Mais beaucoup n’ont pas cru mon ami professeur de physique. Ils ont cru ce qu’ils ont toujours cru, depuis leur enfance : la foudre provient d’un sorcier. Et le sorcier peut vous jeter la foudre à la figure comme un colis ou une pierre.
Mon ami avait tenu sa conférence parce que l’opportunité était là. Un responsable d’Eglise avait prétendu avoir tellement nettoyé, purifié le village que plus personne, disait-il, n’entendrait plus jamais parler d’un coup de foudre. On était en saison sèche. Et mon ami parla pour prévenir l’arrivée des premières pluies. Elles s’accompagnent de vrais tempêtes et tonnerres.
Mon ami professeur de physique n’a pas été écouté. Je l’ai dit. Mais mon ami n’a pas connu le sort de Benedict Daswa. Benedict Dawa est né en 1946. Il a reçu le baptême dans l’Eglise catholique en 1963. En novembre 1989, l’enseignant et catéchiste sud-africain avait expliqué que les fréquentes foudres survenues dans son village étaient des forces naturelles. Les notables du village avaient entrepris une collecte d’argent pour calmer les sorciers. Benedict Daswa avait refusé de contribuer à la collecte d’argent.
Benedict Daswa avait une seconde raison. Il avait dit qu’il était chrétien et qu’il ne croyait donc pas ce que le village racontait sur la foudre et les sorciers. Puisqu’il s’opposait à la croyance du village, le 10 février 1990, de jeunes gens lui ont tendu un piège sur la route. Ils l’ont battu à mort. Et le 23 janvier 2015, le pape François a reconnu le martyre et demandé que Benedict Daswa soit béatifié comme « martyr de la foi ».
Benoît Daswa est un martyr de la foi que ne partagent pas ces Africains qui croient n’importe quoi. Un jour, un pape ne manquera pas de béatifier un polygame repenti. Mais c’est une autre histoire. La religion chrétienne n’est pas une question de morale ni de politique. Elle est d’abord une question de foi. Que croyez-vous ? En qui croyez-vous ?
Vous attribuez à la magie, à la sorcellerie ou à l’occultisme tout ce qui vous dépasse. Vous écoutez peut-être chaque jour des prêtres et des pasteurs qui ne prêchent que sur la sorcellerie dont ils prétendent vous délivrer. Vous portez des chapelets et des médailles et vous utilisez l’eau bénite comme des objets magiques. Vous êtes un païen, sans le savoir, sans vous l’avouer.
L’histoire de Benedict Daswa vous est lointaine parce que, vous, au moins, personne ne vous a jamais obligé de croire. Personne n’a jamais porté la main sur vous.

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.