Accéder au contenu principal

Premiers vœux chez les carmes déchaux à Lubumbashi




La congrégation des Carmes déchaux compte neuf nouveaux membres en RDC. Le supérieur délégué général en RDC, le père Roger Tshimanga, a reçu leur première profession religieuse au cours de la messe qu’il a présidée le samedi 15 août dans la chapelle du Noviciat Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga.
Le père Tshimanga a proposé aux novices qui allaient émettre leurs premiers vœux la figure de la Vierge Marie. Sans poser de conditions, a-t-il dit, Marie s’est rendue disponible à coopérer à l’œuvre salvifique de Dieu. Et dans son humilité, Marie s’est rendue chez sa cousine Elisabeth, non seulement pour lui rendre des services humains, mais aussi et surtout pour lui apporter Jésus.
Comme Marie, les personnes consacrées sont invitées à apporter, dans leur vie, Jésus à leurs frères et sœurs. Par leur consécration, les neufs carmes doivent parvenir à la charité parfaite en servant l’Eglise par la prière continuelle et l’action apostolique, a encore exhorté le supérieur délégué des carmes déchaux.
Le vendredi 14 août, le père Roger Tshimanga avait fait porter l’habit du carmel à cinq postulants qui ont ainsi commencé leur noviciat.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.