Accéder au contenu principal

Retraite sacerdotale annuelle aux diocèses de Basankusu et Molegbe


Accompagnés de leurs évêques respectifs, les prêtres des diocèses de Basankusu, dans la province de l’Equateur et de Molegbe, dans la province du Sud-Ubangi, viennent de participer à la retraite sacerdotale annuelle.
L’évêque de Basankusu, Monseigneur Joseph Mokobe, a réuni les membres du clergé tant séculier que religieux au centre spirituel diocésain Nganda Ebale ya Bomoi de Bonkita, du 16 au 21 août. Le prêtre le plus âgé du diocèse, monsieur l’abbé Camille Tokind’Ino, a animé la retraite sur le thème : « Prêtre, où en sommes-nous 50 ans après Vatican II ?»
Monsieur l’abbé Tokind’ino a partagé avec ses confrères son expérience des 51 ans de sacerdoce et une profonde méditation sur l’état du prêtre selon le concile Vatican II. A la lumière de documents conciliaires, il a démontré que l’on devient prêtre pour se consacrer corps et âme au service de Dieu et à l’extension de son règne.

Pour sa part, Mgr Dominique Bulamatari, évêque de Molegbe, a réuni le clergé diocésain
du 16 au 21 août au centre spirituel des Sœurs Filles de Marie de Molegbe à Pangoma. La retraite a été animée par monsieur l’abbé Symphorien Lopoke, prêtre du diocèse de Tshumbe, secrétaire de la Commission épiscopale nationale des séminaires et clergé. « Prêtres : Intendants fidèles et avisés des grâces et mystères divins’ », tel a été le thème de la retraite. La messe d’ouverture a été présidée par l’évêque, Mgr Dominique Bulamatari. Et l’évêque émérite de Molegbe, Mgr Joseph Kesenge, a présidé la messe de clôture.

Le clergé de Molegbe aura réfléchi sur les exigences de l’intendance et de la gestion divines que sont, notamment : la loyauté, le respect, l’honnêteté, le souci des pauvres, la modestie, la justice, l’aveu de la faute. Les prêtres ont aussi médité sur les obligations sacerdotales, notamment : la sainteté, la vie communautaire, la disponibilité, le célibat consacré, la célébration de la messe, la liturgie des heures et le sacrement de la réconciliation. 

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.