Accéder au contenu principal

Trois nouvelles Sœurs de saint Joseph de Cuneo pour l’Afrique



La supérieure déléguée pour l’Afrique des Sœurs de saint Joseph de Cuneo, sœur Marthe Etshaunga, a reçu les premiers vœux des sœurs Angélique Dialukupa, Francine Kombosa et Justine Kapemb. C’était le dimanche 16 août, au cours d’une concélébration eucharistique présidée dans la chapelle des religieuses à Kinshasa-Limete par le père Cyrille Mpuki, missionnaire oblat de Marie Immaculée.
Les trois nouvelles sœurs de saint Joseph de Cuneo se sont engagées à vivre les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance dans l’esprit du « petit dessin ». La maîtresse des novices, sœur Augustine Ngangono a expliqué que le Fondateur, le père Jean-Pierre Médaille, concevait sa congrégation comme un « petit dessein », un petit projet, une petite association pour répandre l’amour et la communion dans l’Eglise.


La délégation d’Afrique des Sœurs de saint Joseph de Cuneo s’étend de la RDC à la paroisse de Mora, au diocèse de Maroua-Mokolo dans l’extrême-nord du Cameroun. Les religieuses y sont présentes depuis 1985, au service des cultivateurs et des éleveurs. Présente à Kinshasa, sœur Marie Mbwetshi souhaite accueillir l’une des trois nouvelles consoeurs, même si la région fait face au phénomène de l’islamisme de Boko Haram. Les sœurs de saint Joseph de Cuneo sont restées dans la mission malgré ce nouveau phénomène de violence.

Pour avoir prononcé le vœu d’obéissance, sœur Justine Kapemb se dit prête à aller en mission jusque dans l’extrême nord du Cameroun pour témoigner de l’amour du Christ.



Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.