Accéder au contenu principal

Je n’aime pas l’école



Au cœur des jours et des nuits
Je n’aime pas l’école


Le petit garçon est arrivé à l’école pour le tout premier jour de sa vie, et l’enfant en pleurs crie à sa mère : « Je n’aime pas l’école ! ». Moi non plus, d’ailleurs, moi qui ai passé une bonne trentaine d’années de ma vie à l’école. Ai-je vraiment le droit de dire à l’enfant d’aimer l’école ? Peut-être oui, peut-être non aussi. Je n’ai pas les mêmes raisons que lui, mais je sais que personne ne m’a jamais obligé d’aller à l’école. Mais l’école n’a pas toujours été un rendez-vous du plaisir pour moi. 

Si je dis donc que je n’aime pas l’école, vous pourriez me demander si je suis sérieux en le disant. Si je réponds que oui, vous pouvez toujours penser que je blague, parce qu’il vous semble bien que j’ai été à l’école et que j’en ai bien profité. Et alors, si je persiste à vous dire que je n’aime pas l’école, vous pouvez me ranger, malgré vous, parmi les méchants qui tentent de détourner les autres d’un avantage certain dont ils ont bénéficié eux-mêmes. Ou encore, vous pouvez soupçonner que je répète quelqu’un ou que je cite quelqu’un d’autre que moi-même. Après tout, notre école ne produit parfois que des perroquets, des hommes et des femmes qui répètent sans comprendre ce qu’ils ont entendu.
Pourtant, je demanderais que vous me fassiez confiance. Je sais ce que je dis : Je n’aime pas l’école. 


Dans mon enfance, j’ai toujours souhaité que la pluie qui s’annonce au lever du jour tombe aussitôt et dure toute la matinée, jusqu’à l’heure où le directeur et les enseignants doivent constater qu’il n’y a plus moyen d’appeler les élèves pour les classes. Et nous aurions ainsi le reste de la journée pour notre plaisir. 

Vous pouvez me dire que j’étais alors enfant, que le bâtiment en bois et en paille de l’école primaire de mon village n’était pas sûr contre les intempéries, mais que j’ai grandi depuis lors et que j’ai fréquenté plus tard des écoles et des universités aux infrastructures correctes. Je rappelle que personne ne m’a jamais obligé d’aller à l’école, mais que je peux dire comme l’enfant que je n’aime pas l’école. Parce que l’école n’est pas toujours une partie de plaisir, bien au contraire.  

Donc, même si je donne toutes mes raisons, vous ne me croirez peut-être jamais non plus. Vous pouvez souhaiter au moins que je ne décourage pas, que je n’influence pas les enfants paresseux qui n’aiment pas l’école. Je réponds que vous craignez en vain. Ils sont les plus nombreux, ceux qui n’aiment pas l’école, hormis vous qui prétendez aimer l’école. Qu’est-ce que vous aimez, en fait ?
Regardez bien les cours des écoles à la rentrée. Parmi ceux et celles qui viennent commencer, il y en a beaucoup qui auront mal à la tête, qui développeront des maladies diverses juste parce qu’ils ont peur de l’école. Ceux qui font les courageux le premier jour ne savent peut-être pas encore que l’école, ce n’est pas pour une journée ni une semaine ni un mois mais toute une année et toute leur jeunesse voire plus. 

L’école vous coupe la liberté. On change de vie. Le temps, le rythme des jeux et des repas et toute la vie doit changer. Les heures de sommeil aussi et surtout. Voilà pourquoi je n’aime pas l’école. C’est tout.

Les parents prétendent aimer leurs enfants en les envoyant à l’école, en les obligeant même. Les parents ont raison. Ils aimeraient qu’un jour, les enfants les en remercient. Et je suis donc ingrat moi qui affirme ne pas aimer l’école. Mais j’ai une question : si les parents envoient leurs enfants à l’école parce que l’école est une bonne chose dans la vie d’un être humain et que ces parents jugent donc qu’il faut contraindre les enfants au bien et que c’est cela qui s’appelle aussi éducation, pourquoi certains parents chrétiens disent-ils que les enfants doivent d’abord grandir pour qu’ils soient capables de choisir eux-mêmes de recevoir le baptême un jour ? Pourquoi ne pas leur laisser le choix aussi pour l’école ? Il y en a qui prétendent que le baptême n’est pas à comparer avec l’école. Quelle est la différence ?

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.