Accéder au contenu principal

La caritas Molegbe équipe une école pour les réfugiés centrafricains



Au diocèse de Molegbe, dans la province du Nord-Ubangi, l’institut Azutia, une école protestante du groupement Pasagba, vient de bénéficier d’une aide de la Caritas-Développement Congo. Un bâtiment scolaire de six classes, un bloc de latrines et un puits d’eau ont été construits par la Caritas diocésaine de Molebge sur financement de la caritas nationale en partenariat avec la caritas d’Allemagne. L’école accueille des élèves congolais mais aussi des réfugiés centrafricains
La cérémonie de remise des infrastructures a eu lieu le mardi 15 septembre en présence de Mgr Joseph Kesenge, évêque émérite de Molegbe. Le secrétaire-chancelier du diocèse, monsieur l’abbé Benjamin Kohogba, a représenté l’évêque de Molegbe, Mgr Dominique Bulamatari. Le directeur de la caritas diocésaine, monsieur l’abbé Egide Mbimba a présenté les nouveaux ouvrages à leurs bénéficiaires, des élèves congolais et centrafricains.

 

 


Des partenaires de la caritas étaient là aussi représentant notamment le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés et la Commission Nationale des réfugiés. Ils ont participé ainsi à la plantation d’arbres fruitiers dans la cour de l’école. Ils ont remis des kits scolaires aux élèves et aux parents. Et la caritas Molegbe a distribué des outils aratoires. 



Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.