Accéder au contenu principal

L’évêque et la fillette



Au cœur des jours et des nuits

L’évêque et la fillette


La fillette avait dit tout de go à son père qu’elle n’aimait pas l’évêque. Son père la tenait par la main, et il ressentait la petite main de l’enfant toute tremblante. En pleine matinée, elle ne faisait sans doute pas l’une de ses fièvres de paludisme qui prennent les enfants le soir au coucher.
Ils rentraient de la messe du dimanche, et le papa était étonné et presque scandalisé en pensant que l’enfant aurait dû au contraire s’émerveiller d’avoir vu l’évêque de tout près pour la toute première fois de ses c ans. Et c’est justement là que l’enfant avait ressenti quelque chose. Lorsque le papa lui demanda pourquoi elle n’aimait pas l’évêque, l’enfant répondit que c’est l’évêque qui avait commencé à ne pas l’aimer, elle. L’étonnement grandit dans le cœur du parent jusqu’à l’inquiétude. L’enfant pouvait être très malade, en train de délirer.
L’enfant dit que lorsque l’évêque avait répandu de l’eau sur tous ceux qui étaient dans l’église, il l’avait exclue, elle. Je n’ai pas reçu une goutte comme les autres, dit-elle. La fillette s’estimait donc discriminée. Son père se demanda pendant un moment s’il fallait sourire ou s’il fallait s’inquiéter.

Dans la journée, le papa s’arrangea en chrétien adulte pour rencontrer l’évêque. Il sollicita d’emmener sa fillette. Lorsque le papa raconta l’histoire de l’aspersion d’eau bénite, l’évêque sourit et fut ému devant la foi de l’enfant. L’évêque invita le père et la fillette dans sa chapelle. L’évêque porta sur sa soutane une chasuble et une étole, il bénit de l’eau, en aspergea copieusement la fillette toute seule et posa la main longtemps sur sa petite tête. Puis, dans son salon, l’évêque remit à l’enfant une médaille et des images de Jésus, de Marie, de Joseph, d’Anuarite et de Bakanja.
La fillette raconta à la maison qu’elle était l’ami de l’évêque. Et elle montra les images et la médaille. Son père témoigna que les cadeaux venaient bel et bien de l’évêque. Les frères et sœurs ne crurent pas tous. C’est plus tard et bien plus tard seulement que les incrédules l’acceptèrent. L’évêque doit avoir béni cette fillette. Elle avait changé de comportement. Elle a même dit à tout le monde qu’elle deviendrait évêque elle aussi. Et puisqu’elle avait suscité le rire général, elle changea. Elle dit qu’elle serait prêtre. Enfin, qu’elle serait religieuse.
Religieuse, elle l’est devenue plus tard. Elle vient de prononcer ses vœux perpétuels. Mais elle a semé le trouble dans l’assemblée des fidèles réunis : ses parents, ses amis, ses consoeurs et tous les invités. Pendant la lecture de la formule des vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, devant sa supérieure, la religieuse a éclaté en sanglots. Très difficilement, elle a lu la formule des vœux jusqu’à la fin. La religieuse suait de grosses gouttes. Elle versait des larmes. Elle tremblait de tout son corps. Pour tout vous dire, vous n’avez jamais assisté à une profession religieuse aussi désagréable.
Après la messe, la religieuse avait encore les yeux tout rouges. Son émotion avait donc été très profonde. Lorsque je l’ai embrassée pour la féliciter, elle m’a glissé à l’oreille qu’au moment où elle se levait après la litanie des saints, elle a eu tout à coup devant ses yeux l’évêque en personne. Elle l’a revu dans la chapelle de l’évêché comme il y a plusieurs années. L’évêque avait porté une chasuble et une étole, et il avait béni la petite fille qu’elle avait été.
J’avais justement apporté à la religieuse la Bible et la croix, cadeaux de l’évêque. Sous le regard de Dieu, ils sont restés des amis. L’évêque et la fillette.

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.