Accéder au contenu principal

La directrice du centre de santé mentale Telema fête ses vingt-cinq ans de vie consacrée




Le centre de santé mentale Telema, à Kinshasa-Matete, a réuni le personnel, des collaborateurs, des parents des malades pour une eucharistie célébrée le samedi 3 octobre. Les Sœurs hospitalières du sacré-cœur de Jésus fêtaient les 25 ans de sœur Thérèse Ngo Mbog, directrice du centre.
A l’homélie, le célébrant a expliqué que la présence de la Camerounaire Thérèse Ngo Mbog au service des malades à Kinshasa ne se comprenait que parce que Jésus l’a appelée à se consacrer à lui voilà vingt-cinq ans. Sœur Thérèse Ngo Mbog elle-même a remercié ses consoeurs, ses collaborateurs, les malades eux-mêmes. Et elle a rendu grâce à Dieu : « Aujourd’hui, après 25 ans de consécration à Dieu, le Seigneur me demande encore comme à Pierre: ‘Pour toi, Thérèse, qui suis-je?’ Oui, Seigneur, tu es tout pour moi. Tu es mon Consolateur ».

En ce mois d’octobre, le porte-parole du personnel a invoqué la Vierge pour sœur Thérèse Ngo Mbog « afin qu’elle soit signé de la présence de Dieu au milieu des hommes et des femmes ».
Et la supérieure locale des Sœurs hospitalières du sacré-cœur de Jésus, sœur Hortense Mayela et ses consoeurs se sont mises alors à servir tous les invités à la fête du jubilé d’argent.



Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.